La Mongie, j’y vois… tout en admirant les étoiles

SOUS L’OBSERVATOIRE DU PIC DU MIDI

« Smart éclairage de la station de ski de La Mongie (65) pour la protection du ciel étoilé et son observation depuis le Pic du Midi. » Ainsi était résumée la candidature du SDE 65 (Syndicat départemental d’énergie des Hautes-Pyrénées) présentée, en partenariat avec la ville de Bagnères-de-Bigorre et la société Comatelec Schréder, dans le cadre des Trophées de l’éclairage exemplaire1. La singularité de ce projet ? Il s’inscrit dans la Réserve internationale de ciel étoilé du Pic du Midi, labellisée, en 2013, par l’IDA (International Dark-Sky Association).

Il était une fois, l’éclairage public de la station de ski de La Mongie était assuré par un parc vieux de 30 ans et énergivore générant un fort halo lumineux, accentué, en période hivernale, par la présence du manteau neigeux. « Il gênait de plus en plus l’observation du ciel étoilé depuis l’observatoire astronomique du Pic du Midi », souligne Bruno Rouch, directeur du SD65, en indiquant que 45 % du halo lumineux visible depuis le Pic du Midi provenaient de la station de ski.

Le projet a donc conduit à développer un éclairage peu énergivore, capable de s’adapter aux fortes fluctuations saisonnières de fréquentation de la station, ainsi qu’aux conditions climatiques, et aux besoins d’observation du ciel depuis le sommet. « Les enjeux de cet aménagement ont été, à la fois, économiques (tourisme…), écologiques (protection de la faune et de la flore du Parc national des Pyrénées), scientifiques (observations astronomiques), financiers (retour sur investissement) et d’exploitation (limitation des interventions en période hivernale et touristique) », poursuit-il.

POUR QUELS AVANTAGES ?

Il est aujourd’hui, la Mongie. La nouvelle solution d’éclairage public mise en œuvre se traduit par un abaissement de la puissance installée de 40 % (8 319 kW au lieu de 13 928 kW) pour un niveau d’éclairement supérieur. Elle permet une diminution de la consommation (facteur 4) grâce à une programmation adaptée aux périodes d’affluence de la station, avec une très forte saisonnalité (15 373 kWh/an au lieu de 58 567 kWh), et tenant compte de la situation d’enneigement de la station. « Il devient aussi possible d’organiser simplement et fréquemment des “ nuits de ciel étoilé